Communiqué de presse du Collectif genevois de la Grève féministe 2019 – 4 juin 2019

Actif depuis maintenant une année, le collectif de la grève féministe genevois est prêt à dévoiler son programme pour la journée du 14 juin qui s’annonce comme une journée historique dans la lutte pour plus d’égalité. Des actions sont prévues dans tout le canton autour des revendications du Manifeste romand et de l’appel des assises nationales de Bienne, que ce soit dans les quartiers, sur les lieux de travail et de formation, à la maison ou dans la rue. Le collectif attend et espère une mobilisation d’ampleur.

Le collectif de la grève féministe genevois est composé d’individues, de membres d’organisations actives dans la lutte pour l’égalité et de syndicats. Des dizaines d’actions concernant tous les domaines de la vie des femmes* ont été pensées par une centaine de personnes regroupées en une quinzaine de groupes thématiques. Doté d’un fonctionnement le plus horizontal et inclusif possible, le collectif a pour but de mobiliser très largement les femmes* du Canton. De nombreuses actions ont été organisées, des revendications ont été affinées, des images et des textes ont été produits, menant à cette journée du 14 juin dont le collectif est fier de vous présenter le programme.

Sur les lieux de vie :

Nous invitons les personnes à suspendre des torchons violets et des objets ménagers à leurs fenêtres. Nous encourageons également les femmes* à faire la grève du travail ménager (soins aux enfants et aux personnes malade, ménage, cuisine, etc.). Nous appelons les hommes à soutenir les femmes dans ces tâches durant cette journée mais aussi ensuite. Sur les lieux de formation : Plusieurs collectifs se sont formés sur les problématiques spécifiques rencontrées par les personnes en formation. Par exemple, le groupe M.E.U.F pour les collégiennes et le collectif de personnes en formation à l’UNIGE. Leurs revendications portent notamment sur la mise en place d’une meilleure protection contre le harcèlement sexuel. Il a noté que le collectif a réussi à obtenir la suppression des examens le 14 juin.

Sur les lieux de travail :

Les syndicats ont décliné les revendications liées à l’activité professionnelle et les a transmis aux employeur-euse-s sous forme de cahiers de revendications. Par ce biais, les revendications des travailleuses devront être prises en compte et négociées. Métiers féminins dévalorisés en terme salarial, précarisation du marché de l’emploi, flexibilisation des horaires rendant difficile la conciliation entre la vie professionnelle et la vie privée viennent compléter les revendications liées à l’égalité salariale. Des débrayages et des grèves sont attendus, et ce malgré la très grande pression de la part des employeurs publics ou privés, notamment dans les secteurs suivants : la petite enfance, la santé, le parascolaire, la fonction publique ou encore dans les milieux culturels.

Néanmoins, dans de multiples secteurs, la pression des employeurs étant très forte, en particulier sur les secteurs les plus précaires, il sera plus compliqué pour les travailleuses de se mettre en grève. Certaines devront assurer un service minimum. Elles se rendront tout de même visibles en portant des badges, du violet et en discutant de leurs revendications avec leurs collègues et rejoindront la manifestation de la fin de journée. Pour les syndicats et le collectif, il s’agit d’une première étape. En effet, nous aurons à cœur de concrétiser au plus vite ces revendications.

Le 14 juin – une étape :

Cette année de mobilisation a permis de construire un mouvement large et inclusif, intergénérationnel et positif, autour de revendications fortes pour une égalité réelle. La gravité des revendications et la colère ressentie d’attendre encore et toujours une égalité de fait a renforcé notre sentiment de solidarité, entre nous, et avec les femmes du monde entier. La révolte, sur ce mode inclusif, a pu prendre des formes variées et a permis l’émergence d’initiatives personnelles et de mouvements autonomes des femmes*. Nous sommes optimistes sur la journée du 14 juin et espérons dépasser la mobilisation du 14 juin 1991, mais nous sommes surtout optimistes pour la suite. En effet, le mouvement et les réseaux créés autour de cette journée vont constituer le socle d’un renouveau des luttes pour l’égalité en Suisse et à Genève.

Programme de la journée :

A partir de 9h, et en particulier dès midi, auront lieu de nombreuses activités dans les quartiers et les communes du Canton dans des lieux centraux et visibles. Ce seront des pique-niques festifs rassemblant des travailleuses et des habitantes des quartiers mais aussi d’interventions artistiques et culturelles. La chorale Nana’n’air, créée dans le cadre du collectif, se produira notamment aux Pâquis.

A 15h24, nous invitons les femmes à quitter leur travail, les quartiers et les communes pour rejoindre le grand rassemblement qui aura lieu sur le Plaine de Plainpalais dès 16h. Cette heure a été choisie au niveau national parce qu’elle symbolise l’heure à laquelle les femmes ne sont plus payées au vue de l’écart salarial moyen de 20% entre femmes et hommes.

A 17h, la grande manifestation féministe partira de la Plaine de Plainpalais pour un parcours de deux heures, ponctué de prises de paroles devant les lieux symboliques tels que l’Université ou le Grand Théâtre. La manifestation se veut festive et engagée. Le tronçon de tête sera en mixité choisie.

A 19h, la manifestation rejoindra le festival « Bastions de l’égalité » organisé par le Centre de liaison des associations féminines de Genève.

Le samedi, les associations féministes et féminines tiendront des stands dans le but de présenter leurs activités au Pars des Bastions. Des permanences juridiques auront lieu à 12h, 14h et 16h dans un espace conseil, information et documentations juridiques afin de conseiller les personnes qui auraient rencontré des difficultés liées à la Grève.

Pour plus d’information, le site internet www.14juingeneve.ch recense toutes les actions, photos et documentation du collectif. Le blog #verslagreve regroupe des témoignages de femmes*. Un clip vidéo d’appel à la Grève par des femmes* connues et moins connues sortira le 7 juin.

*toute personne qui n’est pas un homme cisgenre (soit un homme qui se reconnaît dans le genre qui lui a été assigné à la naissance)

Télécharger le communiqué de presse du Collectif genevois de la Grève féministe 2019



Campagnes